1 Comment

Le bug de l’an 2000 a bien eu lieu : la dystopie ReLIRE donne raison aux auteurs SF

Lettre de Léa Silhol aux anciens auteurs des Editions de l’Oxymore, sur le Myspace “Oxymoriens”, le 06 avril 2013

 

dystop

Bonjour/ Bonsoir à vous tous
Ce mois-ci, la “loi sur les oeuvres indisponibles du XXeme siècle” a commencé sa triste carrière, par la publication de la première “liste” des ouvrages bon pour saisie par les huissiers de la BnF.
La grogne grandissante commençant à faire du bruit, la plupart d’entre vous doivent avoir entendu parler de cette “supposée avancée pour le Mônde numérique”.
Ceux qui croyaient, pour leur part, résider encore sur cette bonne vieille planète Terre apprendront avec intérêt qu’il existe un autre “monde”, donc, forcément parallèle, voireperpendiculaire, où les lois sont très différentes de celles de la biosphère humaine.
Ces aliens, cher explorateurs intergalactiques, procèdent d’une société qui, à l’instar de celles des insectes, a jugé bon d’abolir “l’individuel” au profit du “collectif”, et ne reconnaît plus que très partiellement le concept de “propriété intellectuelle” dont nous avions, nous, ici, rempli tout un Code (précisemment nommé d’après ladite propriété).
 
Nos ethnologues auraient pu trouver quelque intérêt à étudier cette étrange civilisation, et la comparer avec profit aux modèles entomologiques voisins. Et nos sociologues se seraient rengorgés en leur expliquant ce que tout un chacun sait fort bien : à savoir que leur pseudo-philosophie a toujours constitué un moyen commode pour les dictatures de brider le peuple dans son ensemble, et les ‘intellectuels’ en particulier. Rien de plus commode, pour transformer ces probables (trop) libres penseurs en portefaix, que de vendre le mythe qu’ils ont moins de droits que les autres hommes. Et qu’étant nés dotés de science, d’imagination ou de tout autre particularités bonnes à transformer en objets de divertissement, ils se doivent de donner à la communauté le bénéfice de ce bien injuste bonus. Nos sociologues rieurs auraient alors ouvert leurs livres d’histoire, et fait lire à ces idiots d’extraterrestres les fiches synoptiques concernant le stalinisme, le maoïsme, et toute autre fiche concernant la répétition de cette ruse éculée : le “bien du peuple” (la masse des consommateurs) justifiant la mise à sac de la minorité créative.
Hélas, tandis que nous regardions ailleurs, ces Body-Snatchers nous avaient envahis. Et nous voici sous leur règne.
Cela pourrait, diraient certains, constituer un bon début pour une dystopie. Mais l’attaque sur les livres a déjà fait l’objet de tant de scenarii de cet ordre que ce ne serait qu’une énième redite. C’est le problème de la littérature d’Anticipation, non ? Elle est assez souvent mariée à la Loi de Murphy. Nous devrions instituer un Prix Cassandre. Histoire de consoler ceux qui auront trop bien rêvé l’obscurité du Futur ?
Enfin. rien ne sert d’être trop tristes. Ce n’est pas la première fois que la France est envahie, n’est-ce pas ? Les vieilles règles s’appliquent : la population se divise en pour ou contre. Censément pour des raisons-bien-raisonnées (vendues en kit), mais en réalité, évidemment, pour des motifs basiques “d’intérêt personnel”.
Les nouvel Etat a donc décrété que toutes les oeuvres parues avant 2001 et qui ne sont plus disponibles à la vente étaient “orphelines”. Dans la mesure où il serait “impossible de retrouver les parents” (nous), la BnF, sous le masque terrifiant de froideur d’une ASE made in Hell, va donc les “placer” dans des familles d’adoption. De façon à ce que ces “pupilles” ne leurs coûtent pas trop cher, par rapport à ce que le commerce de leurs charmes va rapporter, ils vont les “dématérialiser”. Et donc les mettre sur le trottoir des autoroutes de l’information… en version numérique.
Il ne faut pas pousser, quand même. C’est déjà assez que la Nation doive prendre soin des enfants que vous avez, ô parents indignes, abandonnés. vous ne voulez pas non plus que l’affaire coûte de l’argent au Peuple que vous, parasites marginaux, grevez déjà exagérément ! Tst, méchants chiens. L’on peine à souffrir, à la BnF, votre ingratitude. On vous soupçonne, à tout ce bruit que vous faites, de “porter des jeans”, comme ces jeunes arrogants de Google Books, quand ils ont passé ces Nobles Huis en s’imaginant, les fats !, qu’ils pouvaient prétendre à s’emparer de notre Patrimoine.
(Ne le niez pas : vous portez des jeans. J’en vois qui en portent, si fait).
Il y aurait beau voir que des gens ainsi vêtus aient des droits, à l’heure du Numérique, et de l’esprit de Ruche. Fi !
S’il vous semble bien surréaliste que des gens ayant l’estomac de gloser sur la valeur du “monde moderne” et du numérique ne puissent vous trouver sur vos sites, les réseaux sociaux où vous traînez vos denims, ou, osons! par le truchement des Sociétés de collecte de droits auxquels certains d’entre-vous appartiennent, (et notamment la Sofia, partenaire de leur système) c’est que vous êtes de mauvais sujets. Car vous voulez encore donner du travail à l’Administration, alors qu’elle est déjà bien bonne de prendre en charge vos orphelins.
Que nenni.
C’est à vous, donc, d’aller vérifier, une fois l’an, le nouveau tronçon de “la Liste”, affiché sur le mur du registre ReLiRE, hébergé par la gracieuse BnF. Et, si d’aventure vous reconnaissez l’un de vos mouflets, il vous appartient de le réclamer avant qu’on ne le désincarne, et qu’on ne le ‘livre’ aux ‘adoptants’ choisis par l’état.
Vous irez sur la base une fois l’an, mais prenez un baise-en-ville, surtout, car vous pourriez y passer un certain temps, les moyens de recherche étant parfaitement assortis aux “connaissances extrêmes de la modernité du monde numérique” démontrées par ces messieurs.
On va vous demander de prouver votre paternité, alors n’oubliez pas de vous laver les pieds avant d’entrer dans l’Auguste Edifice, mais aussi votre vilaine bouche avant de cracher votre ADN dans le flacon. (vous pouvez conserver vos jeans, par contre, bande de djeuns, vous n’abuserez personne en vous endimanchant).
Je vous passe les détails.
Brisons là, comme on dit à la Bnf.
Pour ceux non familiers encore de cette ‘nouveauté’, une bonne plateforme-relais, ici, pour explorer un peu le concept.
Et pour aller pointer devant le guichet de la Ruche et chercher dans la liste de nom de vos gamins, c’est Par là.
Ne trainez pas : le compteur tourne. Vous avez moins de 6 mois, et la procédure estlongue.
Et… pour ceux qui ne l’ont pas encore fait (parce que nous sommes parfois tête-en-l’air, nous autres), il y a un Petition à signer, et c’est ici que cela se passe
Les écrivains, anthologistes, traducteurs toutes catégories confondues (fictions comme essais) sont concernés, y compris les auteurs étrangers traduits.
Mais également les illustrateurs, et artistes “d’arts visuels” de toute sorte rattachés aux livres en question.
Vous trouverez un peu partout sur le web des conseils pour éviter les pièges de la base, et pouvez suivre le stream sur Twitter sous le #ReLire.
***
En ce qui concerne nos “crimes communs” : aucun des ouvrages “éligibles” de l’Oxymore ne figure pour l’instant dans la base. Ce sera probablement pour une prochaine fournée, mais pour l’instant les auteurs “D’Ainsi Soit l’Ange ” ou de “Vampire, Portraits d’une Ombre” par exemple, n’ont pas, normalement, à s’alarmer. (nous avons vérifié avec maniaquerie, bien sûr).
Avertissez vos amis artistes.
Cela vaut pour les auteurs mais aussi pour les lecteurs. Avertissez les artistes que vous aimez du danger qu’ils courent. C’est sérieux. Très.
Merci d’avance.
Des insectes qui enfoirent Neil Gaiman et Zelazny ne peuvent pas être fondamentalement bons.
Heureusement que Bradbury n’est plus là pour voir la… température grimper !
Good night and good Luck
LS pour L’Oxy-Team
que vous retrouverez, comme il se doit, au front,
en première ligne.
© Lea Silhol – Ici reproduit avec la permission de l’auteur (n’en déplaise à la BnF)
Advertisements

About Nitchevo Squad

Nitchevo Squad - The Nitch-Factory Team prowling the WWW

One comment on “Le bug de l’an 2000 a bien eu lieu : la dystopie ReLIRE donne raison aux auteurs SF

  1. LS: “Nous devrions instituer un Prix Cassandre. Histoire de consoler ceux qui auront trop bien rêvé l’obscurité du Futur ?” – Je suis excessivement en faveur de la création de ce prix.

React

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

N Factory

Иitchev∅

TIRÉSIAS ADNUNTIATIO

by DORIAN MACHECOURT

La Grande Tambouille de Maëster

L'actualité est indigeste... Je l'accommode à ma sauce...

Winterdaze

A BLOG OF LEA SILHOL'S VERTIGEN

Nitchevo Studio

News from the Studio

Nitchevo Squad News

NITCHEVØ FACTØRY's Lounge Bar

Nitchevo International

ACTIONS FOR ART - FOREIGN OFFICE

Psychopompe

...On the prowl through the worlds...

Les histoires de Lullaby

Lire ou écrire, il n'y a pas à choisir !

- S.I.Lex -

Carnet de veille et de réflexion d'un juriste et bibliothécaire

Le Droit du Serf

Collectif de réflexion et d'action créé en octobre 2000 pour faire respecter le droit des auteurs à jouir décemment de leurs œuvres

Psycheinhell

Outsider in residence

Abscissio infiniti

"Cutting off an infinite part "- METHODS OF EXCLUSION

%d bloggers like this: